Visite de l’usine Kawa, part 1 : du culot tu auras

Mardi 30 juillet 8h30. Aujourd’hui c’est le grand jour. Depuis des mois que nous attendons ce moment, nous allons enfin pouvoir rencontrer les équipes de Kawasaki Motors au Japon !

– Wait wait wait … Mais comment vous avez fait pour avoir un rendez-vous à l’usine Kawa !??

– Ah oui, une explication s’impose …

Tout commence en février 2019. Avec Cécile nous sommes en plein dans la préparation du voyage quand me vient une idée : vu que nous passons au Japon, ça serait chouette de pouvoir visiter l’usine Kawa !

Mais comment faire ? qui contacter ? et puis je ne vais pas me prendre la tête, je sens que je vais me prendre un gros vent de toute façon. Ben oui, s’ils laissent rentrer tous les hurluberlus qui viennent frapper à la porte, ils n’ont plus de temps pour bosser. Une usine d’assemblage ce n’est pas un moulin.

Bref je garde l’idée dans un coin de la tête.

Quelques jours plus tard un copain me convainc de monter un dossier présentant notre projet histoire d’attirer l’attention des équipementiers et revendeurs du monde moto et ainsi espérer un coup de pouce financier contre un peu de pub bien mérité. C’est qu’un voyage comme ça, ça fait peur aux banquiers et le moindre geste commercial est apprécié.

Le dossier monté je commence à démarcher, sans réellement y croire, les équipementiers dont j’apprécie le matériel (SW-Motech, Enduristan, EMC Suspensions etc..). A ma grande surprise ils répondent presque tous présents ! Non seulement ils veulent nous aider, mais ils sont pour la plupart sincèrement emballés par le projet.

Apparemment un couple de tarés qui part faire le tour du monde sur des 300cm3 ça vend du rêve à certains…

Me vient alors une idée : et si Kawasaki mordait aussi à l’hameçon ? Maintenant que j’ai le dossier, ça ne coûte rien de leur envoyer. Me voici donc connecté de longues heures sur Linkedin pour trouver la personne chez Kawa France la mieux placée pour ce genre de demande. Au bout d’un moment je sélectionne un profil. Reste à trouver son adresse email.

Une rapide recherche Google montre que toutes les adresses email de Kawa semble correspondre à la même nomenclature : pré[email protected] (la vraie nomenclature est différente mais vous comprenez le principe).

Armé du prénom et nom précédemment trouvé sur Linkedin, je reconstruit l’adresse email et envoie mon dossier. Maintenant j’attends. Je n’y crois pas du tout mais j’attends.

Et pourtant le lendemain je reçois ce mail :


Bonjour Fabien,

Merci pour l’envoi de votre dossier.

Vous pouvez me contacter au 06 XX XX XX XX afin d’avoir un premier échange !

A bientôt au téléphone !


Pour vous faire la version courte, un appel et quelques jours plus tard, nous nous retrouvions avec Cécile dans les locaux de Kawa à Elancourt. On échange sur les motivations et l’organisation de notre voyage. On parle évidemment de motos et de la Versys-x 300. Les mécanos du centre font d’ailleurs le tour d’Ulysse et Newt. Ils observent la préparation des motos, ils se veulent rassurants sur la fiabilité mécanique de l’engin. Manifestement ils n’ont pas de doute sur le fait que les motos tiennent le coup. Tant mieux.

Avant de se quitter, nous convenons de garder contact via WhatsApp : nous nous concentrons sur nos préparatifs et eux commencent les négociations avec le Japon pour une visite de l’usine à Akashi. Yes, on est en bonne voie !

Le temps passe et le départ approche. Nous n’avons toujours pas de confirmation d’une quelconque visite. Tant pis, au moins on aura essayé.

Finalement nous aurons des nouvelles 3 mois plus tard, alors que nous sommes au fin fond de la Russie. Avec notre contact chez Kawa France nous tablons sur une visite de l’usine le 30 juillet. Difficile de se projeter si loin (en temps et en distance) mais l’usine a besoin de s’organiser (et j’imagine qu’un lobbying de Kawa France auprès du Japon va être nécessaire).

Nous aurons enfin la confirmation finale juste avant de prendre le ferry depuis Vladivostok.

Voilà comment, avec Kawa France, nous avons négociés la visite de l’usine d’Akashi.

 

4 réponses sur “Visite de l’usine Kawa, part 1 : du culot tu auras”

  1. Bonjour FaFa,
    Bravo pour tes démarches pour la visite KAWA celà nous a donné des idées de sponsoring….
    On attend le road trip dans les rocheuses avec impatience.
    Nous pensons réaliser notre projet en side car, on fait des recherches pour la transformation en side de ma Triumph Tiger Explorer 1200.
    Bonne continuation !
    Yves et Sylviane

  2. Bonjour FaFa, Cécile,
    Comment ça va ? pas de news depuis quelques jours. Où en êtes vous ? on espère que tout va bien pour vous et que le voyage se passe bien…
    A +
    Sylviane et Yves

    1. Coucou !
      Oui tout se passe bien, on est juste (très) à ma bourre sur la rédaction du blog 🙂
      Si vous avez Facebook et/ou instagram, vous aurez plus de nouvelles 😉
      On va tâcher d’accélérer sur le blog cette semaine !
      @+
      Fafa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *